Ce week-end, nous recevons des amis à la maison et je compte en profiter pour réitérer ma délicieuse recette de bannock.

Cette pâte se fait cuire directement sur le feu, au bout d’un bâton ou sur une pierre plate, ce qui en fait mon idéal pour ces soirées avec feu en plein air. De plus, on peut la modifier selon ses goûts, et même permettre à chacun de la préparer à sa façon.

Par exemple, on peut mélanger du beurre à l’ail dans sa pâte avant de l’enrouler, ajouter des pépites de chocolat, saupoudrer de sucre de cannelle, se faire un s’mores revisité (guimauve et chocolat), enrouler la pâte autour d’une saucisse, etc. Les combinaisons sont infinies, et je vous invite à expérimenter.

Si vous partez en camping sauvage, c’est la gourmandise par excellence! Mélangez tous les ingrédients secs, amenez le beurre à côté et sur place, vous n’aurez qu’à tout mélanger et y ajouter l’eau. Facile! Moi, c’est ma collation de hiking par excellence!

 

 

Un peu d’histoire…

Selon Wikipedia (dont l’information est tirée de l’Encyclopédia Canadienne, pour un peu plus de crédibilité) : « La bannique est une sorte de pain plat fait avec de la farine sans levain, du saindoux, du sel et de l’eau. Elle est notamment à la base de l’alimentation des premiers colons européens de l’Amérique du Nord. »

Les Amérindiens cultivaient le maïs, dont les grains séchés et broyés constituaient la farine de ce pain. Le bannock, qui était cuit sur une pierre plate ou au bout d’un bâton, était présent à la majorité des repas.

 

 

Vous comprendrez donc que ceci est ma version du bannock, et ne constitue en rien la recette traditionnelle. Entre autres, les Amérindiens n’avaient pas de beurre et utilisaient de la farine de maïs plutôt que de la farine de blé. J’ai décidé de la modifier selon ce que j’avais dans mon garde-manger, d’où l’introduction de la farine tout usage et du beurre, pour un petit goût qui s’apparente plus à nos pains à salade.

Source : survivalgrounds.com

Source : survivalgrounds.com

 

[yumprint-recipe id=’2′]